socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Degré de liberté des entreprises sociales

Master Recherche Économie Sociale. Note de synthèse du mémoire.

septembre 2006

Résumé :

Une entreprise sociale fonctionne sur le terrain économique mais avec en plus et de manière imbriquée un mobile politique. Son activité politique est doublement susceptible de perturber son activité économique .

1- L’activité politique perturbe l’environnement dans lequel l’entreprise est active puisqu’elle remet en cause les pratiques et règles habituelles. En effet, cette remise en cause peut entraîner des défauts de coordination avec les autres acteurs économiques. Soit parce que les autres acteurs économiques considèrent cette déstabilisation comme néfaste et condamnent l’entreprise sociale, soit parce que la nouvelle règle n’est pas suffisamment répandue pour servir de point focal aux acteurs économiques qui souhaitent se coordonner, ou encore parce que les acteurs qui ont mis en œuvre la nouvelle règle ne sont pas issus des mêmes réseaux que les acteurs dominants.

2- Le travail nécessaire à l’activité politique d’émergence d’une nouvelle règle n’ouvre pas de droits à l’échange, ou des droits limités, dans l’environnement économique standard. Ce travail politique peut passer inaperçu et n’être donc pas valorisé. La mise en œuvre de nouvelles règles induit des efforts supplémentaires de coordination et d’explicitation. Ces efforts ne se traduiront a priori pas nécessairement dans un bien ou service de meilleure qualité. Il s’ensuit qu’à travail fourni identique, une entreprise sociale passera pour moins rentable et professionnelle qu’une entreprise classique qui n’aura pas “perdu de temps” à établir de nouvelles règles de fonctionnement.

Sources :

Site de Cerises w3.cerises.univ-tlse2.fr