socioeco.org
Website de recursos comum da economia social e solidária
'

Richesses en partage au Brésil et en France : Approches socio-spatiales croisées dans le Minas Gerais et le Nord-Pas de Calais

Site de la editorial

Dir. Pauline Bosredon, Frédéric Dumont, Alexandre Magno Alves Diniz, Ana Maria Mela, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, France, 2020

C’est en observant la répartition des richesses et leur distribution que l’on met en lumière la façon dont elles sont partagées et que l’on perçoit le fonctionnement des sociétés, l’accaparement par certains des ressources et des privilèges et les inégalités socio-spatiales qui en découlent.

Il n’existe pas de définition universelle de la richesse. À quelque échelle que ce soit, la richesse est toujours multidimensionnelle et toutes ses formes sont liées entre elles, qu’elles concernent le revenu, le patrimoine économique ou ce qui a trait au pouvoir, au savoir, à la santé, à l’accès aux ressources naturelles et culturelles, etc.

Le livre repose sur l’étude d’expériences locales comparées en France et au Brésil dans les territoires du Nord-Pas de Calais et du Minas Gerais, à différentes échelles et sur des terrains variés : de la région à la métropole et au quartier, des espaces miniers encore en activité ou reconvertis aux espaces naturels protégés.

Chapitre 3 : Économie solidaire et systèmes alimentaires alternatifs – des défis territoriaux majeurs

Daniela Adil Oliveira de Almeida, Heloisa Costa, Roberto Luís de Melo Monte-Mór, Ana Mourão et Claire-Sophie Roi

Paul Cary et Sibelle Diniz (éd.)

 

Introduction

Face à la crise environnementale décrite par des indicateurs comme l’empreinte écologique et à la crise sociale que l’explosion des inégalités révèle, différentes formes de « transition » s’inventent au niveau local. Certaines sont portées par les institutions publiques, comme les Plan Climat Energie Territoriaux, relais des Agendas 21 en France (Angot, 2014) et pèchent bien souvent par leur approche technocratique. D’autres, à l’inverse, comme le mouvement des villes en transition de Rob Hopkins (2010), se tiennent à l’écart des institutions et de l’action politique, en misant sur l’action concrète au niveau municipal. Certains militants, de leur côté, font de leur propre vie le modèle de transition, en particulier par des formes d’« interproduction » (Pruvost, 2017) et de valorisation de l’organisation autogérée du travail (Pruvost, 2015). Enfin, comment ne pas mentionner les initiatives portées par le monde entrepreneurial, en particulier autour du côté de la Responsabilité sociale.

Auteurs

  • Daniela Adil Oliveira de Almeida, UFMG, CEDEPLAR

  • Heloisa Costa, UFMG, CEDEPLAR

  • Roberto Luís de Melo Monte-Mór, UFMG, CEDEPLAR

  • Ana Mourão, UFMG, CEDEPLAR

  • Claire-Sophie Roi, Université de Lille, CERIES EA 3589

  • Paul Cary (éd.), Université de Lille, CERIES EA 3589