socioeco.org
Resource website of social and solidarity economy

La Rickshaw Bank en Inde

Une initiative innovante envers les plus pauvres

Yvon Poirier, February 2009

En Inde, comme dans bien des pays, des habitants arrachés à la vie rurale dont ils ne réussissent plus à vivre, partent afin de tenter d’améliorer leur sort dans les zones urbaines. Or, faute de formation et de compétences particulières, ils ne font que grossir le nombre de personnes vivant dans la misère, souvent dans des conditions «inhumaines». C’est ainsi qu’en Inde, il y a 8 000 000 de conducteurs de pousse-pousse, dont 95 % ne sont pas propriétaires de leur propre pousse-pousse, faute de moyens. En Inde, un pousse-pousse est un tricycle modifié pour le transport de personnes ou de marchandises. Afin de gagner leur maigre subsistance, ils sont dans l’obligation de louer, sur une base quotidienne, un pousse-pousse à des taux qu’on pourrait considérer usuraires (en général une forme de mafia). Ainsi, sur un revenu quotidien moyen de 75 Roupies, ils doivent en verser 25 au propriétaire (50 Roupies équivalent à 1$ US). De plus, comme ils n’ont pas d’assurance, ils sont vulnérables quand il y a un accident pour un passager. En général, cinq personnes dépendent de ce revenu pour vivre.

Constatant ce phénomène, le Dr Pradip Kumar Sarmah, Directeur exécutif du Centre for Rural Development (Centre de développement rural), s’est dit qu’il fallait trouver une solution afin de venir en aide à ces personnes d’origine rurale. Il a pensé que la meilleure façon était de trouver un projet qui permette aux conducteurs de devenir propriétaires de leurs propres outils de travail, soit un pousse-pousse.

Le projet : la Rickshaw Bank

Ainsi, en 2004, est née l’idée de la Rickshaw Bank (rickshaw est le nom anglais d’un pousse-pousse). Suite à de nombreuses démarches, un système est en place depuis 2006. Il permet aux travailleurs autonomes de devenir propriétaire de leurs pousse-pousse. De plus, le projet comporte de nombreuses innovations :

  • Un nouveau pousse-pousse, avec des matériaux plus légers et plus aérodynamique avec l’aide de l’Institut Indien de Technologie,

  • La nouvelle conception permet d’y installer de la publicité, ce qui augmente les revenus,

  • Un prêt dans une banque leur permettant d’acheter leur pousse-pousse, avec l’aide d’ONG de développement, suite à des ententes avec des institutions financières et des ministères,

  • Ce prêt est intégralement remboursé dans une période de 12 à 24 mois, en versant le même montant qu’ils versaient auparavant aux propriétaires, soit 25 Roupies par jour,

  • Le prêt d’un montant d’environ 13 000 Roupies inclut, en plus de l’achat du pousse-pousse, un uniforme, une carte d’identité, un permis et une assurance pour deux ans.

  • Une solidarité de groupe se met en place, car les conducteurs sont constitués en groupes de cinq conducteurs chacun (sur le modèle des cercles d’emprunts de la micro-finance). De plus, cinq groupes, soit 25 conducteurs, disposent d’un garage pour entretenir et réparer leur pousse-pousse. Ce lieu, qui sert aussi aux familles d’accéder au gaz pour la cuisine, produit ainsi un sentiment d’appartenance et un espace d’échange d’idées.

Déjà, plus de 3 000 conducteurs sont devenus propriétaires et la demande est tellement forte que le Centre de développement rural ne suffit plus à y répondre. Il est important de mentionner que le projet a obtenu une visibilité importante dans les médias, y compris à la télévision nationale et dans des quotidiens. Comme le projet est soutenu par les gouvernements concernés, par exemple par la présence de ministres lors de lancements dans de nouvelles villes, sa notoriété est augmentée. Présentement, l’expansion du projet va se faire en accordant des franchises à d’autres organisations partout en Inde.

Les impacts

Déjà, le projet est en mesure de démontrer un impact au niveau d’un développement communautaire durable. Et ce à trois niveaux :

  • Social – amélioration de la santé des conducteurs et leurs familles ; meilleure possibilité pour les enfants d’aller à l’école, amélioration de la loi et l’ordre (moins de contrôle de la mafia) et création d’une ambiance de travail plus positive.

  • Environnemental – une alternative à l’usage des énergies fossiles (auto) et accès à un gaz de cuisson plus environnemental.

  • Économique – l’accès à la propriété du pousse-pousse augmente les revenus et le niveau de vie, accès à des ressources financières, création d’emplois pour les jeunes et possibilité pour les entreprises locales d’augmenter leurs ventes.

L’avenir – le Soleckshaw

Maintenant en phase expérimentale, un nouveau modèle de pousse-pousse, assisté d’un moteur avec batterie chargée par l’énergie solaire, est à l’essai à New Delhi. Lancé avec la participation du Ministre des Sciences du gouvernement fédéral indien, il est prévu utiliser le Soleckshaw à grande échelle lors des Jeux du Commonwealth en 2010.

C’est un fait connu que la densité des populations dans les villes de l’Inde est telle qu’il faut trouver des solutions écologiques à la circulation des personnes et des marchandises. Tout en permettant une amélioration sensible des conditions de vie de personnes très pauvres, la Rickshaw Bank permet d’améliorer la vie urbaine, et avec l’apparition à grande échelle du pousse-pousse assistée d’un moteur, l’effort physique des conducteurs sera également considérablement amélioré.

Sources :

Résumé d’une présentation dans une conférence à Brisbane en Australie en octobre 2008. Pour obtenir des informations supplémentaires (en anglais seulement) : Center for Rural Development

Cet article est disponible sur le blog : Bulletin international de développement local durable