socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Le Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs de Poitou-Charentes (C.R.G.E.)

Première Etape régionale de la Plate Forme « changer d’échelle »

décembre 2007

Actions présentées:Questions clés

Le Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs de Poitou-Charentes (C.R.G.E.). Intervention de Thierry Chevallereau, directeur, le 13 décembre 2007 à Poitiers Etape régionale n°1 de la Plate Forme « changer d’échelles du local à l’Europe »

Eléments descriptifs

La Région Poitou-Charentes a connu dans les années 1980 une désertification des zones rurales, moins par l’absence de travail que par une mauvaise organisation. Les exploitants, malgré leur capacité à offrir des emplois à temps partiel, ne trouvaient pas preneurs, car les emplois recherchés étaient des emplois à temps plein et à durée indéterminée. D’où le projet de promouvoir des Groupements d’Employeurs pour répondre à cette situation. Ainsi, depuis 1985, se sont développés en Poitou-Charentes 340 Groupements d’Employeurs, dont 300 GE agricoles, 36 GE classiques dans l’artisanat, l’industrie, le transport, les services ou le sport, et 4 GEIQ.

Ces éléments historiques ont conduit un ensemble de partenaires à créer, en mai 1999, un Centre de Ressources Régional pour les Groupements d’Employeurs. Au départ, en mai 1999, il est porté par une association paritaire, AVERTIR qui transmet par la suite la gestion et l’animation de l’association à une nouvelle structure, dont c’est l’objet unique, le CRGE, Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs. L’organisation du CRGE repose sur une 3 instances : une équipe technique qui décline le programme d’activités défini par un CA paritaire, et un comité d’orientation qui définit la politique en accord avec les financeurs.

Quelle économie l’action génère-t-elle ?

Le GE s’inscrit dans « une économie sociale de marché » qui accompagne le développement de l’emploi.Le Groupement d’Employeurs est une innovation organisationnelle qui répond aux besoins économiques et sociaux des employeurs et des salariés concernés par le temps partagé : partage à temps partiel de salariés qualifiés, travaux saisonniers, surcroîts d’activité, anticipation des recrutements, stabilisation de l’emploi.

Résultats en 2007 en France : 1700 salariés. 2100 structures adhérentes à un GE et un chiffre d’affaires global de 35 millions €.

Le GE représente un investissement durable pour les politiques publiques de l’emploi : il diminue les coûts de traitement social du chômage et de l’assistanat. Pour 1€ public investi, 8€sont distribués en salaires et taxes

L’action a-t-elle augmenté le pouvoir et la responsabilité dans les solutions mises en oeuvre ?

Le GE est l’unique employeur du salarié. Il installe une relation tripartite entre les employeurs et les salariés. C’est un dispositif qui permet l’exercice d’un principe de responsabilité sociale des entreprises : dimension collective. C’est une adhésion volontaire et consentie entre des employeurs du secteur marchand et/ou non marchand qui acceptent la responsabilité solidaire. Le dépôt de garantie ou la caution bancaire sur le résultat de l’exercice annuel est un ciment qui installe des obligations de part et d’autre : pour pallier une défaillance (côté salariés) et pour assurer les dûs (côté entreprises) à l’égard du salarié et des organismes créanciers de cotisations sociales. C’est une forme d’auto-assurance rémunérée si le risque ne se réalise pas.Un GE réunit les acteurs d’un territoire et propose une vision objective de la situation économique. Il organise l’adaptation des ressources d’un territoire pour les emplois qui sont nécessaires à son attractivité́. L’attention au salarié est première car le maintien de l’activité et la satisfaction des parties engagées en dépendent.

Quelles articulations l’action a utilisées/produites pour réussir des avancées ?

Le CRGE est un lieu d’échange de bonnes pratiques qui valorise la diversité des approches sectorielles et territoriales. Cette stratégie lui a permis de traverser les majorités régionales. Il est à nouveau inscrit dans le contrat de Projet 2007-2013. Le CRGE, tout d’abord seul dans son genre, a fait école en France. Dans son transfert d’expérience, son ambition est de fédérer, rassembler et non pas de normer : le principe de subsidiarité est primordial. Des CRGE existent aujourd’hui en Bretagne, Pays de Loire, Midi-Pyrénées, PACA et depuis peu en Languedoc-Roussillon. Il a pris pied en Belgique, en Allemagne. où il se développe comme un vecteur efficace de « la flexicurité ». Il constitue une réponse opérationnelle pour traduire cette politique européenne adoptée par le Conseil de l’UE le 6 décembre 2007, dans les faits.

Questions récurrentes / Effets des systèmes

« Les mutations économiques engendrées par la mondialisation ont rendu obsolètes les manières classiques de penser le travail. Le chômage de masse coexiste avec les pénuries de compétences dans de nombreux secteurs. Les outils dont disposent les pouvoirs publics sont eux-aussi obsolètes. En protégeant à tout pris les emplois existants, leurs politiques ont dressé un mur infranchissable pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail. C’est un cercle vicieux (…) qui entraîne mobilité forcée, précarisation de l’emploi, recours massif à l’intérim » (Argument des fondateurs du CERGE, 22 février 2008).

Quelles leçons pour démultiplier ces dynamiques territoriales à l’avenir

C’est un cadre approprié pour sécuriser l’activité. Les marges de progrès sont considérables.

Mots-clés

a) géographiques: Région Poitou-Charentes ; autres Régions France ; Brandebourg, (Allemagne) ; Bruxelles (Belgique).Partenariats : Comité des Régions d’Europe, Commission européenne.

b) acteurs: Directeurs et présidents de GE ; élus de chambres consulaires ; partenaires sociaux ; représentants d’OPCA ; membres du Centre des Jeunes Dirigeants ; diverses structures associées à la réflexion du travail à temps partagé.

c).méthodologiques: Valeur expérimentale du centre de ressources comme espace public commun à des partenaires aux intérêts différents ou divergents ; Groupements d’Employeurs comme innovation organisationnelle.

d) concepts clé: Sécuriser l’activité à temps partiel; la fonction ressources crée un cadre de régulation autour d’un intérêt partagé ; la relation tripartite du GE, médiation territorialement assumée entre employeurs et employés ; autonomie augmentée par la mutualisation des risques en cas de cessation d’activité ; promotion du salarié à temps partiel.

Renvois et références [www.crge.com->www.crge.com ]

Voir aussi :