socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

D’autres formes d’entreprendre, de produire, de consommer

Dossiers :

Réseaux alimentaires alternatifs locaux

L’essor des réseaux alternatifs alimentaires locaux constitue une réaction à l’industrialisation et au productivisme des systèmes agro-alimentaires gloablisés. Ces réseaux de production et de distribution alimentaires se distinguent des schémas dominants avec des circuits courts de commercialisation, limitant à un ou zéro le nombre d’intermédiaires entre le paysan et le consommateur. Ils sont fondés sur des relations qui sont habituellement associées à des localisations géographiques particulières et des cadres éthiques qui cherchent à traiter tout un ensemble de questions incluant le transport des denrées alimentaires ou l’utilisation de produits agrochimiques, la santé humaine et le bien-être animal, les pratiques (non-)éthiques (aux niveaux local et global) et l’exploitation de la force de travail. Les trois piliers de la durabilité, environnemental, économique et social, sont pris en compte.

Du commerce équitable aux filières durables

Le terme « Commerce équitable » est apparu en Europe pour introduire de la justice et de la solidarité dans les échanges commerciaux entre pays du Nord et pays du Sud. Pour des milliers de producteurs de pays du Sud, il a été et reste une grande opportunité d’obtenir une meilleure qualité de production, de meilleurs prix, de meilleures conditions de travail et l’amélioration de la qualité de vie pour eux-mêmes et leur entourage. En effet, il ne faut pas réduire le commerce équitable a une simple stratégie de commercialisation, il peut aussi être le moteur d’un production locale durable, d’emplois décents, de relations d’équité entre les genres, etc. En favorisant la mise en réseaux et l’organisation entre petits producteurs locaux, en valorisant le travail et la protection de l’environnement, en en appelant à la responsabilité des consommateurs dans leurs actes d’achats quotidiens, il permet des relations plus solidaires dans la production, la commercialisation et la consommation.

Tourisme solidaire et durable

Le tourisme représente une source de revenus pour de nombreux pays du Sud, cependant le succès économique qui en découle se fait souvent aux dépens de l’environnement et des populations locales. Le tourisme de masse engendre des menaces sur la biodiversité, dégrade les écosystèmes et provoque des violations des droits des travailleurs, des minorités et des communautés locales. Ce sont les grandes entreprises, et non les populations locales, qui engrangent les récompenses financières des efforts fournis. Les communautés locales et les entrepreneurs solidaires un peu partout sur la planète sont en train de mettre en place des projets de tourisme basés sur la communauté.

Consommation responsable

La consommation responsable, la consommation engagée, éthique, critique constitue un ensemble de réponses alternatives aux conséquences sociales et écologiques de la société de surconsommation qui s’est imposée depuis les trente glorieuses. Commerce équitable, circuits courts, agriculture biologique ou agriculture soutenue par la communauté, amap en France, gas en Italie, coopératives de consommateurs sont autant de systèmes alternatifs de production, de distribution et/ou de consommation, porteurs d’une approche économique alternative de partenariats entre producteurs et consommateurs. Ils visent un partage entre ces acteurs économiques des risques et des avantages liés à une production saine, éthique, collaborative respectueuse du patrimoine naturel et culturel. Ils tiennent compte des conditions sociales de la production et ses modalités.