socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

L’économie solidaire, une nouvelle forme d’entreprenariat?

Jérôme Boncler, 2002

À télécharger : PDF (180 Kio)

Résumé :

De nombreuses initiatives locales dont le but est de contribuer au renforcement de la cohésion sociale au travers d’activités économiques voient actuellement le jour, la plupart du temps sous la forme associative, plaçant toutes la solidarité au sein de leur action. Elles constituent la nouvelle économie sociale ou économie solidaire.

Les créateurs de ces entreprises sont animés d’un esprit d’initiative spécifique et de motivations autres que la recherche du profit. Leur démarche est caractérisée par des valeurs et une éthique.Le social est leur finalité.

La création de nouveaux services face à des demandes non satisfaites, l’intégration économique des populations défavorisées sont les axes majeurs de ces entreprises. Le domaine d’intervention, souvent limité à une zone géographique restreinte, fait que ces entités cernent avec précision les besoins, ce qui conduit à un meilleur ajustement de l’offre et de la demande, la vie quotidienne restant la préoccupation majeure. Ces projets d’économie solidaires qui répondent à des demandes bien particulières n’intéressent ni les entreprises de l’économie marchande (absence de profit), ni le secteur public (impossibilité et/ou incapacité de répondre à des demandes hétérogènes). Il s’agirait donc d’une réponse aux limites du fonctionnement du couple marché/Etat.

Les entreprises de l’économie solidaire cherchent une hybridation des ressources.Les pouvoirs publics, les collectivités locales complètent les moyens financiers propres à l’entreprise (ressources marchandes et non marchandes).Les fonds d’origine publique sont justifiés par l’utilité sociale du projet.

L’isolement reste le mal du créateur d’entreprise qui attend une aide, une information: la mise en place de réseaux coopératifs peut être à la fois un exemple et une assistance appréciée.

Des statuts juridiques et une fiscalité inadaptés constituent de véritables freins à l’initiative. Un nouveau statut juridique - la Société Coopérative d’Intérêt Collectif - est depuis peu à la disposition du créateur.

Ces entreprises d’un nouveau type prouvent l’éclosion d’un entrepreneuriat social et civique qui s’efforce de réconcilier initiative et solidarité.

Sources :

Livres en pdf