socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Le microcrédit social : un « argent secours » en perspective historique - Le cas du prêt sur gages au Crédit municipal de Bordeaux

Thèse de doctorat es sciences économiques, Université Montesquieu, Bordeaux 4.France

Guillaume Pastureau

À télécharger : PDF (2,2 Mio)

Résumé :

Créé dans les villes marchandes d’Italie du Nord au XVe siècle pour lutter contre l’usure, le Mont-de-Piété est devenu incontestablement un acteur fondamental de l’aide sociale à travers le prêt sur gages. Promoteur d’une économie sociale de bienfaisance, il met au cœur des préoccupations le rôle de l’argent comme une forme d’outil d’intégration économique et sociale à la société en voie de modernisation. Il agit comme une institution protectrice d’un salariat soumis au paupérisme et aux aléas sociaux de leur existence. En apportant des capacités financières, il permet au salariat de compléter ses revenus, quand les salaires sont précaires aléatoires. L’émergence de la Protection sociale, venant garantir et stabiliser les revenus, concurrencerait la finance sociale issue du Mont-de-Piété. Ainsi, l’action sociale institutionnalisée retourne les conceptions de l’aide, l’aide privée, individualisée, et marchande du XIXe siècle est remplacée par une aide publique, collective et non marchande. L’activité du prêt sur gages devient progressivement insignifiante, le Crédit municipal s’intègrera dans une logique bancaire. Mais la fin du XXe siècle voit renaître l’institution, le microcrédit social prend une nouvelle place. Sous l’effet de l’évolution de l’intensité de la Protection sociale, de l’apparition d’une nouvelle pauvreté, et de l’expression d’un nouveau risque lié à l’exclusion bancaire et financière, le prêt sur gages en consacrant un " argent secours " (re)introduit une forme de protection sociétale spécifique.

Sources :