socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Commerce équitable, développement durable : approche juridique

Thèse de doctorat, Université de Montpellier I, France.

Bovy Sok, mars 2013

À télécharger : PDF (16 Mio)

Résumé :

Face aux effets néfastes de la croissance économique mondiale, la société civile réclame un autre développement, qui a été dénommé " développement durable " et défini dans le rapport Brundtland de 1987. Engagée dans l’Agenda 21, la France s’efforce d’adopter des textes législatifs et réglementaires pour promouvoir le développement durable. La charte de l’environnement de 2004 a été intégrée dans le préambule de la Constitution de 1958, conférant au développement durable le statut d’objectif à valeur constitutionnelle. Par l’article 60 de la loi du 2 août 2005, le commerce équitable s’inscrit dans la stratégie nationale de développement durable. Mais, aucune définition du commerce équitable ne figure dans cet article. Actuellement, les acteurs économiques pratiquent leur propre équité pour mettre en œuvre les conditions du commerce équitable. Celles-ci sont notamment le commerce avec les petits producteurs des pays du Sud, une production respectant l’environnement, le paiement d’un juste prix, ainsi que l’attribution de bénéfices sociaux aux producteurs et à leur famille. Les acteurs économiques établissent des attestations de qualité pour garantir aux consommateurs le respect de ces principes. D’un point de vue juridique, des questions se posent du fait que ces attestations ne sont ni initiées ni validées par les pouvoirs publics en France ou à l’étranger. La fiabilité de ces pratiques menace l’ordre juridique lorsque leur véracité ne peut pas être vérifiée. L’intervention de l’État est indispensable pour légiférer sur l’équité en question. Cependant, un État ne représente que l’intérêt de son peuple sans pouvoir faire d’ingérence dans les affaires d’un autre État souverain, alors que la législation du commerce équitable implique une gouvernance des relations commerciales entre les acteurs économiques des pays du Nord avec les petits producteurs des pays du Sud. En conséquence, il va falloir trouver un nouveau mode de gouvernance pour réguler le commerce équitable. M. Pascal LAMY appelle cette nouvelle gouvernance " gouvernance alternationale « . Pour la réaliser, la participation de la société civile à côté de celle des pouvoirs publics est nécessaire.

Sources :