socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Pour un commerce équitable au service des organisations paysannes. Texte de référence.

Barbara Guittard, Valleur Romain, octobre 2011

À télécharger : PDF (1,1 Mio)

Résumé :

Le commerce équitable labellisé a été lancé dans un contexte de crise (fin des années 80 – début des années 90) généré par des prix bas et une grande difficulté rencontrée par les petits producteurs pour accéder aux marchés. Force est de constater qu’en l’espace de deux décennies, le commece équitable a connu un essor et une évolution considérables, bien au-delà certainement des attentes de ceux qui l’ont initialement impulsé. Aux côtés d’un nombre important d’organisations de producteurs dans les pays du sud (plus de 50 aujourd’hui), AVSF a été témoin de l’impact du commerce équitable labellisé Max Havelaar-FLO sur des économies locales marginalisées avec des effets comme l’augmentation et la stabilisation des revenus, la génération d’emplois, l’amélioration de l’accès aux services sociaux,… Cela est d’autant plus significatif lorsqu’il se combine à des mesures permettant de créer un environnement favorable à la production (appui technique, accès au crédit, formation, infrastructure,…) et à la participation active d’organisations de producteurs, qui, en plus d’offrir des services à leurs membres, défendent leurs intérêts tant dans leurs pays respectifs qu’au sein du système de commerce équitable Max Havelaar-FLO.

Au cours de ces dernières années toutefois, les bases du commerce équitable ont été bouleversées en raison d’une forte croissance commerciale, de l’inclusion de nouveaux modes de production, de la participation croissante de multinationales agro-alimentaires et de la grande distribution ainsi que de l’émergence de nouveaux systèmes de certification. Toutes ces évolutions sont sources de questionnements d’une part des petits producteurs du Sud inquiets de la place qu’ils occupent et pourront occuper à l’avenir dans le commerce équitable, d’autre part des consommateurs au Nord qui, réactifs aux prix et aux garanties, sont attentifs au respect des fondamentaux du commerce équitable. En effet, l’évolution des rapports de force et du rôle des différents acteurs au sein des filières équitables, s’est faite en partie au détriment des petits producteurs et des structures commerciales qui se sont engagées historiquement dans la défense d’un commerce équitable assurant une répartition juste de la valeur ajoutée, favorisant et protégeant les agricultures familiales. L’enjeu majeur du commerce équitable aujourd’hui, et par là même du système de labellisation Max Havelaar-FLO et des nouveaux labels en cours de développement, est dans le choix du modèle agroalimentaire à renforcer.

Par ce texte de référence, AVSF cherche d’une part à mettre à disposition de ses équipes techniques et de ses partenaires au sud, un support d’information et de formation sur le commerce équitable, aussi concis, complet et actualisé que possible. D’autre part, grâce à un argumentaire étayé et un positionnement institutionnel clair, AVSF entend contribuer activement aux réflexions, travaux et débats concernant les défis actuels et futurs du commerce équitable. L’association cherche notamment à influer sur les orientations stratégiques et techniques des différents acteurs au Nord, dans le but de maintenir effectivement au cœur du système les intérêts des petits producteurs, afin que le commerce équitable demeure avant tout un outil de développement pour les populations rurales marginalisées.

A partir de la présentation de repères historiques du commerce équitable et de ses principales évolutions au cours des deux dernières décennies, l’analyse de l’impact généré par le commerce équitable sur les familles de producteurs, leurs organisations et leurs territoires, aboutit dans ce texte de référence à la présentation des stratégies d’action d’AVSF en faveur d’un commerce équitable au service des organisations paysannes.

Sources :