socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

La préférence pour la retraite : essais de mesure d’un paramètre complexe

Thèse de doctorat en sciences économiques, Université Paris 13

Samia Benallah, 2013

Lire l’article complet sur : www.theses.fr

Résumé :

Cette thèse vise à enrichir l’approche économique des comportements de départ en retraite, afin que celle-ci soit plus à même de comprendre et de prévoir les effets des politiques de retraite. Pour ce faire, nous proposons un cadre d’analyse empirique des préférences individuelles pour la retraite permettant de préciser le rôle de ses trois déterminants principaux : l’état de santé, les conditions de travail et les droits à pension. L’identification des préférences pour la retraite est rendue possible mais aussi nécessaire par les réformes des retraites, menées en France notamment, qui renforcent les incitations au recul de l’âge effectif de départ. Afin d’être au plus près des préférences réelles des individus, nous procédons en deux étapes. Dans un premier temps, nous adoptons une approche inductive pour étudier les mécanismes par lesquels les conditions de travail, la santé et les droits à pension influencent la préférence pour la retraite. Ces mécanismes sont mal connus, principalement en raison des difficultés à observer les conditions précises dans lesquelles sont prises les décisions de départ en retraite. Nous montrons qu’un moyen de surmonter ces difficultés est de mobiliser les données d’enquêtes, mêlant appréciations subjectives et informations issues de source objective. Nos résultats montrent que des conditions de travail potentiellement pathogènes, l’usure professionnelle provoquée par un état de santé dégradé et un faible niveau de connaissance en matière de droit à la retraite concernent une part importante des travailleurs âgés. Ils constituent ainsi des freins importants au recul de l’âge de départ en retraite. Dans un second temps, nous proposons une approche synthétique de la préférence pour la retraite, en évaluant sa valeur économique que nous définissons comme le prix de la renonciation à bénéficier d’une retraite à un âge donné. Pour cela, nous partons de deux cadres expérimentaux qui permettent son identification. Nous montrons non seulement que ce prix est élevé, mais également qu’il varie sensiblement avec le profil des individus.