socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Le transfert du concept d’économie sociale et solidaire entre les OCI québécoises et les ONG burkinabées

Mémoire MAÎTRISE EN ÉTUDES URBAINES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

Flavie Camille LAVALLIÈRE, octobre 2011

À télécharger : PDF (2,1 Mio)

Résumé :

L’objectif de cette recherche est de remettre en question la pertinence du transfert de l’économie sociale et solidaire par les organisations de coopération internationale québécoises en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement dans les milieux urbains du Burkina Faso. L’économie sociale et solidaire telle que définie par Defourny, Develter et al (1999) est constituée de différentes activités économiques, dont la «finalité est le service aux membres ou à la collectivité plutôt que le profit »; qui ont « une autonomie de gestion »; dont « le processus de décision est démocratique» et dans lesquelles il y a «primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus» (Defourny, Develter et al, 1999: 38). Ce concept et ces pratiques sont d’origine principalement occidentale francophone et plus particulièrement pour cette recherche, québécoise. Une question se pose alors: ce concept est-il transférable dans le contexte des pays du Sud? Le contexte économique de l’Afrique de l’Ouest est marqué par l’économie informelle fondée sur une réponse ponctuelle à un besoin, et l’économie populaire, basée sur la solidarité à l’intérieur des réseaux sociaux, familiaux et ethniques. Pour comprendre le processus, nouS avons effectué trois études de cas et analysé le transfert de cette notion entre les organisations selon une approche institutionnaliste. Nous considérons que cette approche, en tant qu’analyse du processus par lequel s’effectuent les changements au sein des organisations, nous permet de mieux comprendre ce transfert. Comme le décrivent Di Maggio et Powell (1991), les organisations subissent les pressions existantes dans leur «champ organisationnel ». Devant réagir aux réalités de leur environnement, les organisations évoluent de façon semblable et développent des stratégies similaires. Notre analyse nous a permis de conclure que sous la pression exercée par les forces de l’isomorphisme, l’économie sociale et solidaire est transférée entre les organisations et nous assistons à un triple mouvement: le développement d’initiatives innovantes, une formalisation des pratiques préalablement présentes et l’ajout d’un discours visant l’uniformisation.