socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Empowerment et économie sociale et solidaire : étude de cas d’organisations féminines en Afrique de l’Ouest

Thèse de doctorat Economies et finances. Université Grenoble Alpes

Asma Ben Lazrak, 2016

À télécharger : PDF (30 Mio)

Résumé :

Dans le cadre de ce travail, notre intérêt se porte essentiellement sur l’analyse de la pauvreté féminine dans les pays du sud et notamment en Afrique Subsaharienne. C’est un sujet qui demeure très présent dans l’actualité et dans des travaux plus académiques, vu l’ampleur de ce fléau, puisque les instances internationales ont du mal à éradiquer ce problème vu la pluralité et l’interdépendance de ces causes.

A cet effet, nous nous intéressons de plus près à cette problématique du point de vue économique et social: comment l’exercice d’une activité génératrice de revenu permet aux femmes de sortir ou du moins de réduire la pauvreté et la vulnérabilité qui peut en découler car dans certaines condition cela renforce l’asservissement des femmes ? Pour ce faire nous nous sommes plus focalisés sur les groupements féminins et les femmes qui y travaillent. Sachant que les femmes africaines sont le pilier de la maison et ce sont elles qui s’activent pour nourrir la famille élargie. Nous adoptons dans cette perspective une approche plutôt globale qui prend en compte les relations entre les hommes et les femmes dans le cadre de leur environnement (Les pesanteurs socio-économiques auxquels ils font face).

Nous souhaitons mettre en évidence comment la participation à une organisation féminine3 est cruciale pour les femmes africaines, bien sur avec des degrés différents Notre choix d’analyser les groupements féminins émane du fait que ce genre d’organisation est un lieu d’interaction des femmes. Ainsi, on analysera les différentes pratiques populaires des femmes africaines dans le cadre de l’économie sociale et solidaire. Ce genre d’activité permet aux femmes d’être plus visibles et autonomes sur le plan économique et d’acquérir plus de pouvoir et de notoriété auprès de leur famille et de leur communauté. Par conséquent, elles seront aptes à participer aux dépenses du ménage et surtout assurer l’éducation de leurs enfants et notamment des filles.

Cette thèse se veut, une contribution et un continuum dans l’analyse de l’autonomie des femmes du sud et notamment des femmes africaines et leur apport dans le développement de leur communauté.