socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Revue SILENCE n°280 et 281. La décroissance soutenable

Bruno Clémentin, Vincent Cheynet, février 2002

Lire l’article complet sur : kropot.free.fr

Résumé :

La contestation de la croissance économique est un fondement de l’écologie politique. Il n’est pas de croissance infinie possible sur une planète finie. Trop dérangeante, car en rupture radicale avec notre développement actuel, cette critique fut vite abandonnée au profit de concepts plus souples, comme le « développement durable ». Pourtant, rationnellement, il n’existe guère d’autres voies pour les pays riches (20% de la population mondiale et 80% de la consommation des ressources naturelles) que de réduire leur production et leur consommation afin de « décroître ».

Il n’est pas besoin d’être économiste pour comprendre qu’un individu, ou une collectivité, tirant la majeure partie de ses ressources de son capital, et non de ses revenus, est destiné à la faillite. Tel est pourtant bien le cas des sociétés occidentales, puisqu’elles puisent dans les ressources naturelles de la planète un patrimoine commun, sans tenir compte du temps nécessaire à leur renouvellement. Non content de piller ce capital, notre modèle économique, fondé sur la croissance, induit en plus une augmentation constante de ces prélèvements. Les économistes ultra-libéraux comme les néo-marxistes ont éliminé de leurs raisonnements le paramètre « nature », car trop contrariant. Privé de sa donnée fondamentale, notre monde économique et social se trouve ainsi déconnecté de la réalité physique et fonctionne dans le virtuel. Les économistes vivent en fait dans le monde religieux du 19e siècle où la nature était considérée comme inépuisable. Nier la réalité au profit d’une construction intellectuelle est le propre d’une idéologie. Nous pouvons donc considérer que l’économie actuelle est avant tout de nature idéologique, fût-ce par défaut. La réalité est plus complexe, car le système économique est en fait largement livré à lui-même, sans contrôle politique.