socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire

Dispositif de mesure d’impact du commerce équitable sur les organisations et familles paysannes et leurs territoires : proposition méthodologique

Proposition méthodologique

Nicolas Eberhart, 2007

À télécharger : PDF (3,3 Mio)

Résumé :

L’achat de produits labellisés « commerce équitable » concerne un nombre encore modeste, mais en augmentation constante, de consommateurs français. Les sondages montrent que cette pratique commence à être reconnue par

un nombre croissant de personnes et bénéficie d’une image de plus en plus favorable de la part de nos concitoyens. Mais fort légitimement, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le fait de savoir si, oui ou non, le

prix payé en France pour les produits estampillés « commerce équitable » est bien répercuté au niveau des producteurs les plus pauvres du Tiers-Monde.

La démarche d’évaluation d’impact du commerce équitable entreprise par l’association « Agronomes et Vétérinaires sans Frontières » (AVSF), et dont on trouvera ici la proposition méthodologique, est donc plus

qu’honorable. La question n’est pas seulement de repérer si les producteurs bénéficient d’un réel accroissement de leur rémunération mais de mesurer aussi l’ensemble des effets directs, indirects et induits, qui résultent de

cette nouvelle pratique sur la structuration et le bien-être des sociétés rurales concernées. L’évaluation d’impact se réfère donc non seulement aux montants des revenus mais prend aussi en considération les changements

intervenus en matière de structuration et de renforcement des organisations paysannes, d’incitations à commercialiser des produits de haute qualité, d’éducation des enfants, d’environnement écologique, etc. La démarche d’évaluation ne peut donc être que de nature systémique ; et on lira avec attention les éléments de méthodes avancés par AVSF pour mettre en évidence les interactions existantes entre les modalités de commercialisation, le niveau des revenus et la capacité des populations à prendre elles-mêmes en main leurs propres affaires et faire-valoir leurs droits à des formes de développement qui soient à la fois plus justes et plus respectueuses de l’environnement.

Sources :

Portail de RURALTER www.ruralter.org