socioeco.org
Sito di risorse documentarie sull’economia sociale e solidale

Rencontrer les besoins locaux 2

Etudes de cas du livre Responsablité sociale et environnementale, 2006

Vincent Commenne, 2006

* Bangalore Agenda Task Force, BATF, (Inde)

* Petrobras (Brésil)

* Le groupe d’entreprises Arcor (Argentine)

* Le Consortium Perú 2021 (Pérou)

* Mondragon, (Espagne)

* ABS-CBN Foundation, Inc. – Chaîne de télévision éducative, Philippines

Bangalore Agenda Task Force (BATF groupe de travail sur le Bangladore Agenda) – Un partenariat public/privé unique en Inde

Le BATF est conçu comme un partenariat entre les citoyens d’une part, et de l’autre, les entreprises d’État et les administrations publiques : la municipalité de Bangalore, l’agence de développement urbain, l’entreprise des transports locaux, l’entreprise de service des eaux, l’entreprise de communications téléphoniques, la compagnie d’électricité et la police.

Le BATF réunit les différentes parties prenantes de la ville sur une plate-forme commune. Par ce partenariat public/privé entre les entreprises, les parties prenantes et les citoyens, le BATF est censé identifier les préoccupations des citoyens et aider à fixer les priorités d’action. Celles-ci font ensuite l’objet de « sommets » organisés entre les différents fournisseurs de services et les citoyens. Ces « sommets » mettent en oeuvre un processus de dialogue ouvert auquel tout citoyen peut participer librement et ouvertement.

Étant donné que le BATF est principalement une plate-forme de dialogue, les données quantitatives ne reflètent pas du tout la tâche phénoménale qu’ils ont réalisée. Pour la première fois en Inde, cette organisation a créé une situation où les administrations publiques doivent rendre compte directement aux citoyens. Il s’en est suivi une amélioration remarquable dans la ville et les services. Il s’agit d’un système merveilleux pour les pays en voie de développement, puisque les antennes du gouvernement échangent directement avec les citoyens, comprennent leurs problèmes et mettent en oeuvre des solutions de façon transparente.

Petrobras (Brésil)

L’entreprise Brasileiro Petróleo SA (Petrobras) a été créée en 1953 pour réaliser des activités dans le secteur pétrolier brésilien. Durant ses cinquante ans d’existence, elle est devenue une entreprise leader dans la distribution de produits dérivés du pétrole, la propulsant parmi les vingt premières entreprises pétrolières du monde.

Petrobras est une société publique qui a pour objectif de rendre des comptes à la société brésilienne. L’entreprise, ou compagnie à fonds social, mène ses activités de manière transparente pour ses actionnaires et pour la population. Elle s’est engagée à respecter les principes de responsabilité sociétale et a intégré les concepts fondamentaux des droits de l’Homme, du travail et de l’environnement. Elle est également devenue membre de Global Compact, l’une des dynamiques les plus importantes du monde dans la responsabilité des entreprises. En 2003, l’entreprise a élaboré un nouveau cadre de comportements dans le domaine de la responsabilité sociétale quand elle a mis en oeuvre deux programmes transversaux importants : le programme Petrobras « Pas de faim », qui a pour objectif de renforcer les politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et le programme Petrobras pour l’environnement, en faveur du développement durable. De plus, l’entreprise réalise plus de mille projets à travers le pays, avec une participation directe des communautés.

Le groupe d’entreprises Arcor (Argentine)

Le groupe Arcor a été créé en 1951 et son siège social se situe à Córdoba. Il s’agit d’une entreprise multinationale argentine qui produit plus de 1 500 variétés de bonbons, chocolats, biscuits et autres produits alimentaires. ARCOR a trente et une usines (trois au Chili, deux au Brésil, une au Pérou et vingt-cinq en Argentine) et emploie plus de 13 000 salariés. Il exporte ses produits vers plus de cent pays.La Fondation Arcor a été créée en 1991 pour traduire l’engagement et la responsabilité sociale héritée des fondateurs de l’entreprise et afin de contribuer de manière organique et corporative au traitement des besoins de la population et aux solutions qui leur sont données.

Arcor est conscient du rôle social d’une entreprise. Il réalise donc des initiatives et des contributions en tous genres, telles que la construction de maisons pour ses salariés et des activités dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la culture, développées principalement à travers la Fondation Arcor. Ils comprennent que la préservation des ressources non renouvelables et la protection de l’environnement sont « un investissement à long terme pour le bien-être de tous les citoyens du monde ».

Le Consortium Perú 2021 (Pérou)

« “Perú 2021” est une association à but non lucratif créée en 1994 par un groupe d’hommes d’affaires qui voulaient s’engager pour le pays et son avenir. Ils ont trois motivations pour adhérer à la RSE : l’amélioration de la société, l’amélioration de la communauté dans laquelle elle est installée et les bénéfices financiers que peut en tirer l’entreprise. La responsabilité sociétale est basée sur un comportement philanthropique, la nécessité de s’assurer la loyauté de la communauté au sein de laquelle l’entreprise exerce ses activités, la recherche d’une productivité croissante du travail et un intérêt pour des bénéfices continus et durables. La RSE est une nouvelle forme de gestion d’entreprise. »

En bref, les objectifs du consortium Perú 2021 sont : – De prendre le leadership dans la responsabilité sociétale des entreprises par la promotion de cette dernière et des actions pédagogiques visant les hommes d’affaires péruviens, par la création d’indices de RSE péruviens et par la promotion de ses propositions à l’occasion d’événements et dans des livres. – De rehausser l’auto-estime collective nationale grâce au dialogue participatif, et à la compilation et une large diffusion d’expériences réussies.

– De soutenir l’enseignement et l’enfance par le moyen d’alliances stratégiques avec des organisations spécialisées dans ce domaine. – Une large diffusion d’une vision à long terme du pays, comme souligné ci-dessus.

Mondragon, à l’avant-plan des coopératives européennes (Espagne) Mondragon est une petite ville de 40 000 habitants située dans le Pays basque espagnol qui a connu un développement extraordinaire depuis une cinquantaine d’années, et qui est reconnue mondialement comme un succès de développement local. Cette dynamique a démarré en 1943, lorsqu’un prêtre basque, le père José Maria Arizmendiarrieta, y crée une école professionnelle ouverte à tous les jeunes gens de la région. En 1956, cinq jeunes gens, issus de cette école, établissent à Mondragon la première unité de production de l’actuelle Corporation. 1959 voit la création de la coopérative de crédit Caja Laboral Popular, authentique banque de coopération et pièce clé dans le devenir des coopératives intégrées dans l’expérience de Mondragon. Les bases du succès du groupe Mondragon étaient posées. Par la suite, le nombre de coopératives ne va cesser de s’agrandir. Aujourd’hui, pratiquement un demi-siècle après sa première fondation, Mondragón Corporación Cooperativa est, aussi bien en ventes qu’en nombre de travailleurs, la première corporation d’entreprises au Pays basque et la septième en Espagne.

Les entreprises formant la nébuleuse Mondragon sont pour la plupart construites sur le modèle des coopératives. En Pays basque, ce modèle met en avant les valeurs suivantes : libre adhésion, organisation démocratique, souveraineté du travail, subordination du capital, gestion participative (une personne, une voix), rémunération solidaire (échelle des salaires plus étroite de 30 % que le marché), intercoopération (entraide avec d’autres coopératives), transformation sociale, caractère universel (solidarité sociétale), éducation.

MCC est une réussite en matière d’emploi. Le groupe occupe au total 66 500 personnes (en croissance permanente). Ses 168 entreprises (dont la moitié de coopératives) voient également une croissance continue de leur chiffre d’affaires (2 067 millions d’euros en 1997 à 4 049 millions d’euros en 2002). La croissance se réalise surtout actuellement grâce au développement international.

ABS-CBN Foundation, Inc. – Chaîne de télévision éducative, Philippines

En plus de sa production de programmes pédagogiques – des programmes scientifiques par exemple – qui sont largement regardés, l’entreprise s’est impliquée dans le Bantay Bata 163 (Observatoire de l’enfance), un programme d’intervention pour enfants en danger et une assistance téléphonique accessible 24 heures sur 24. Les chaînes de médias de l’entreprise ont servi à diffuser le numéro d’assistance téléphonique et d’autres programmes destinés à faire connaître ses services. On pouvait téléphoner pour demander une intervention en cas de mauvais traitement d’un enfant. Le programme a eu énormément de succès et a été submergé d’appels au cours de sa première année d’existence ; Bantay Bata a évolué d’une assistance téléphonique basée sur les médias à un système intégré de protection de l’enfance combinant les secours, les soins et la rééducation, un foyer et un suivi par des assistants sociaux et d’autres professionnels compétents et agréés.

Vous pouvez télécharger le texte complet du livre dont ces exemples sont extraits sur le site du PSES.

P.-S.

Vedere anche