socioeco.org
Resource website of social and solidarity economy

Le label mexicain de commerce équitable: un outil pour le développement durable ?

2ème Colloque international sur le commerce équitable : commerce équitable et développement durable, Motréal, juin 2006

Pierre W. Johnson, Junho 2006

Download : PDF (130 KiB)

Resumo :

Le commerce équitable permet depuis plusieurs décennies aux consommateurs du Nord de traduire en acte leur solidarité avec des petits producteurs du Sud. Axé sur l’appui aux « producteurs marginalisés et défavorisés » et très lié à l’idée de développement par les exportations, ce mouvement peut-il dépasser ses limites originelles pour fournir un modèle qui soit applicable à l’ensemble des échanges commerciaux ? Sa traduction au niveau national et local constitue-t-elle un outil pour le développement durable, dans ses dimensions économique, sociale et environnementale ?

Les petits producteurs sont souvent ceux qui produisent des aliments et d’autres produits d’une excellente qualité sociale et environnementale. Grâce à eux, le Mexique est par exemple un des premiers exportateurs mondiaux de produits biologiques, et le premier pays exportateur de café équitable et biologique à l’échelle mondiale. Des coopératives de caféiculteurs mexicains sont co-fondateurs du premier label de Commerce Equitable, Max Havelaar Hollande, et des dizaines de groupes de producteurs mexicains de café, de miel et de jus d’orange participent à ce mouvement. Ce pays a aussi une longue tradition de points de vente solidaires et de systèmes commerciaux alternatifs, et le troc et l’échange de marchandises subsistent dans les communautés villageoises à côté des échanges monétaires.

Les producteurs mexicains s’interrogent cependant aujourd’hui sur l’impact du commerce équitable Sud-Nord et sur leurs débouchés commerciaux. En effet, pourquoi devaient-ils réserver leurs meilleurs produits à l’exportation, quand leur pays commence à être concerné par une consommation responsable de produits sains et équitables ? Expérience novatrice et inédite, le label mexicain de commerce équitable cherche à relier producteurs et consommateurs du pays. Mis au point par l’association Comercio Justo México, qui regroupe de nombreuses organisations de petits producteurs et de la société civile, il représente la première organisation régionale avec son propre système de normes et son système de certification du commerce équitable. Unique en son genre au niveau international, l’entreprise intégrée du commerce équitable Agromercados assure pour sa part la commercialisation des produits du commerce équitable. Elle appartient aux organisations de petits producteurs.

Cette initiative a rencontré un certain succès dans le secteur du café, mais la démarche du label national peut-elle réellement s’étendre à d’autres produits nationaux ? Quelle est sa contribution au développement durable des communautés les plus marginalisées, et en particulier à l’impératif de souveraineté alimentaire ? Face aux lenteurs des avancées du label mexicain de commerce équitable pour d’autres produits, et parfois à la lourdeur de sa démarche, d’autres modes de commercialisation équitables au niveau national sont mis en oeuvre au Mexique.